Pasde0deconduite

Archives
L’appel
Les organismes soutenant l’appel
Les actions
Les communiqués
Les analyses
Les publications
Les colloques
Les initiatives locales
Les liens vers les rapports et textes officiels
Pratiques de prévention et de soins
Recherches
Controverses et discussions
Société
Bibliographie
Actions
Contributions
Liens
Campagnes, initiatives
Documents
Liens
Presse écrite
Presse audiovisuelle


La prévention et l’éducation plutôt que la contention et le conditionnement - Communiqué "Pasde0deconduite" du 17 novembre 2008

lundi 17 novembre 2008


Pour le collectif « Pas de 0 de conduite pour les enfants de trois ans », une prévention psychologique prévenante et éthique consiste à créer les meilleures conditions pour l’épanouissement de l’enfant dans ses lieux de vie, d’éducation et de soins.

Pasde0deconduite alerte sur les mesures gouvernementales en cours dans le domaine de l’accueil des jeunes enfants, de l’éducation, de la politique de prévention pour la petite enfance :

- Les rapports parlementaires sur l’accueil des jeunes enfants ou la création de « jardins d’éveil pour les 2-3 ans » et les dispositions législatives en cours d’examen prévoient notamment l’accueil de 6 bébés par adulte en crèche (contre 5 actuellement), de 4 enfants par assistante maternelle (contre 3 actuellement), de 12 enfants de 2 à 3 ans par adulte en « jardin d’éveil » (contre 8 actuellement), etc. Au nom du développement des modes d’accueil et tout en prétendant soutenir la « parentalité » et la socialisation des enfants, les pouvoirs publics restaurent en vérité le gardiennage au détriment de l’accueil.

- Les mesures et annonces gouvernementales sur l’école élémentaire et maternelle conduisent notamment à la suppression prochaine des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED). Pourtant ces RASED proposent une approche globale des difficultés de chaque élève sur le temps scolaire par des enseignants spécialisés et des psychologues. Au nom du développement d’« une aide personnalisée » aux élèves en difficulté, les pouvoirs publics privent en réalité les enfants qui en auraient le plus besoin d’un soutien psycho-pédagogique spécialisé et adapté.

- Dans le même temps les pouvoirs publics soutiennent des programmes dits de « prévention psychologique communautaire », en provenance du Québec.
Ainsi le programme « Promat » proposé à des écoles maternelles d’Ile de France, et qui bénéficie de l’appui financier de GlaxoSmithKline, visant à « promouvoir le bien-être émotif des enfants » en leur apprenant à « développer de nouvelles habiletés ». De même que le projet CAPEDP de recherche auprès de jeunes mères isolées et de milieux socialement défavorisés, visant à promouvoir les « Compétences parentales et Attachement dans la Petite Enfance ».
Ces programmes reposent sur une théorie déterministe du développement humain et visent à la simple adaptation sociale des individus à leur environnement sans s’intéresser à la dimension subjective des difficultés des enfants ou des parents[1] . Le développement de ces programmes de « promotion de la santé mentale », qui relèvent du conditionnement plutôt que de l’éducation ou des soins (cf. un documentaire récemment diffusé à la télévision[2] ) fait appel à des professionnels hors champ de la prévention ou du soin (enseignants et éducateurs) au moment-même où les secteurs de pédopsychiatrie, les RASED, les services de PMI sont de plus en plus sinistrés quand ils ne sont pas menacés de disparition.

Une nouvelle fois l’écart entre les discours et les mesures est flagrant. Tout en annonçant l’aide à la parentalité, la lutte contre l’échec scolaire et le développement de la prévention, les pouvoirs publics appliquent en réalité la logique de la restriction budgétaire et des politiques qui dégradent la qualité des lieux d’accueil, de vie et d’éducation des enfants.
Nos décideurs confirment leur choix de programmes de conditionnement et de contention psychique des enfants, et de suspicion d’incompétence des parents avant même que leur bébé soit né.

Pasde0deconduite, qui réaffirme sa mobilisation pour une prévention efficace, humanisante, éthique, globale et pluridisciplinaire des difficultés psychologiques des enfants, est engagé aux côtés des parents et des professionnels qui se mobilisent pour défendre la qualité des modes d’accueil, la vitalité de l’école, et pour sauvegarder et développer les structures d’écoute, d’aide et de soins aux enfants en difficulté et à leurs familles[3] .

[1] Cf. Parazelli M, Hébert J, Huot F et al, Les programmes de prévention précoce Fondements théoriques et pièges démo-cratiques, Service social, Vol 50, n° 1, 2003, 81-121. http://www.svs.ulaval.ca/revueservicesocial/pdf/500104_Parazelli.pdf

[2] « Enfants, graines de délinquants ? » réalisé par Marina Julienne et Christophe Muel, Production Cinétévé, diffusion par France 5 le 4 novembre 2008.

[3] Voir à cet égard parmi les mouvements en cours, l’appel « Sauvons les RASED » http://www.sauvonslesrased.org/index.php?p=4


Contact | Plan du site | Espace privé | Suivre la vie du site RSS 2.0 | déclaration auprès de la CNIL : 1168622 | SPIP